Communiqué

Communiqué du 04-10-2019

Plus de 170 communes testent le système BE-Alert

3 octobre 2019


 

Au cours des deux dernières années, la plateforme d’alerte BE-Alert a été activée plus de 135 fois lors de situations de réelle urgence. Afin de pouvoir utiliser rapidement et efficacement le système BE-Alert dans des cas d’urgence, il est absolument indispensable que des villes et communes s’exercent régulièrement à utiliser cet outil. Le jeudi 3 octobre, plus de 170 communes enverront un message test par le biais du système BE-Alert.

80% des villes et communes belges sont actuellement déjà affiliées au système BE-Alert. Dans la province du Limbourg, toutes les villes et communes ont intégré BE-Alert dans leur planification d’urgence.

Depuis son lancement en juin 2017, le système BE-Alert a servi à alerter la population dans plus de 135 situations d’urgence. Il s’agissait de plusieurs types de situations d’urgence : incendie avec d’importants dégagements de fumée, panne d’électricité, tempête…

Test national dans plus de 170 villes et communes

À l’instar de tous les autres aspects de la planification d’urgence, il est également essentiel de bien préparer l’activation de BE-Alert et de réaliser des tests à intervalles réguliers. Pour ce faire, les villes et communes peuvent envoyer un message test via BE-Alert chaque premier jeudi du mois.

Dans le courant de la journée du jeudi 3 octobre, plus de 170 villes et communes testeront le système BE-Alert en envoyant un SMS, un message vocal ou un mail aux habitants.

En collaboration avec le Centre de Crise national (NCCN), un certain nombre d’autorités locales enverront en outre un SMS basé sur la géolocalisation. Cela signifie concrètement que toutes les personnes en possession d’un GSM dans la zone sélectionnée, recevront un message test, même si elles ne sont pas inscrites. Ces tests s’effectueront en collaboration avec les villes/communes de Schoten, Herent, Tournai, Braine-Le-Comte, Habay, Nassogne et les services fédéraux des gouverneurs du Limbourg et de la Flandre-Occidentale.

Ces exercices sont utiles pour tester les procédures et la technologie. La plateforme peut continuer à évoluer en fonction des résultats de ces tests. L’un des futurs projets consiste à relier d’autres canaux de communication au système BE-Alert. Ces moments de test sont par ailleurs utilisés pour sensibiliser les citoyens et les inviter à s’inscrire à BE-Alert.

Mieux préparés ensemble : 2 minutes à investir pour sa propre sécurité  

Malgré le fait qu’il est techniquement possible d’envoyer un SMS aux personnes physiquement présentes dans la zone sélectionnée, il est cependant important que les citoyens s’inscrivent à BE-Alert. En s’y inscrivant à l’avance, ils peuvent aussi être avertis d’une situation d’urgence survenue à leur domicile, même s’ils ne sont pas présents à ce moment-là. Il y a aussi des situations d’urgence où il est uniquement utile d’alerter les habitants d’une zone donnée (par exemple en cas de pollution de l’eau).

Des personnes s’inscrivent chaque jour à BE-Alert. Plus de 610.000 adresses ont déjà été enregistrées. Ce nombre constitue déjà une bonne base mais celui-ci doit évidemment encore augmenter. Plus élevé est le nombre d’inscrits, plus efficace sera l’alerte lors d’une situation d’urgence.

Les autorités prennent leurs responsabilités, c’est maintenant au tour du citoyen de prendre les siennes. Si chacun prend deux minutes pour s’inscrire, nous serions, ensemble, mieux préparés à une éventuelle situation d’urgence.

 

 


< Message précédent